lundi 13 janvier 2020

L'ANTIQUITE SELON SIR LAWRENCE ALMA-TADEMA


God Speed
Sir Lawrence Alma Tadema
1893


La prospérité des peintres connait des hauts et des bas, en 1885, le prix de vente d'un seul tableau d'Alma-Tadema représentait une somme suffisante pour acheter tous les Monet existants. En 1960, la vente d'un seul Monet aurait permis d'acquérir toute l'oeuvre d'Alma-Tadema. Heureusement, on a depuis redécouvert et apprécié à sa juste valeur le Néoclassicisme, l'Art Pompier, d'Alma-Tadema.



Les Roses d'Helioglabale
Sir Lawrence Alma Tadema
1888

Sir Lawrence Alma-Tadema était le spécialiste des scènes de genre inspirées par l'Histoire grecque et romaine qu'il avait découverte lors de sa visite à Pompéi. Il excellait à rendre le poli et les veines du marbre des demeures de l'Antiquité. Une perfection proche du trompe -l'oeil qui l'avait fait baptiser par les critiques d'Art de l'époque victorienne "le plus grand peintre de marbre du monde"...



Clic sur la photo pour voir l'oeuvre en entier  :
Sir Lawrence Alma Tadema
Under the Roof of  Blue Ionic Weather




Baptisé Lourens (ou Laurens) par ses parents, (Pieter Jiltes Tadema, notaire du village, dont il était le 6e enfant, et Hinke Driks Brouwer, dont il était le 3e enfant, car Pieter avait 3 fils d'une précédente union) l'artiste naquit à Dronrijp, un village de Frise, en Hollande, le 8 juillet 1836. L'un de ses amis écrivit plus tard "il savait dessiner avant d'avoir tout à fait perdu les zozotements de son enfance". 



Past And Present Generation
Sir Lawrence Alma Tadema
1894


Lourens entama des études de droit pour devenir avocat, tout en s'adonnant au dessin, car sa mère considérait avec bonheur la pratique de l'Art. En 1851, épuisé nerveusement et physiquement par cette double vie, Alma Tadema tomba sérieusement malade, au point de voir Hinke lui accorder de consacrer "ses derniers jours" à l'Art. Et ce fut le salut, le jeune Lourens se rétablit totalement et fit preuve d'une santé de fer tout au long de sa vie. 



Sir Lawrence Alma Tadema
A Coign of Vantage
1895

L'artiste mit cette vitalité retrouvée au service de sa carrière. Admis à l'Académie d'Antwerp en 1852, il travailla dur pour rattraper le temps perdu. Peu d'oeuvres demeurent de ces années de formation. Lourens puisait alors son inspiration dans l'histoire mérovingienne. Sous l'influence de son ami Louis de Taye, Alma Tadema pu acquérir la faculté de peindre l'histoire avec une grande précision archéologique. 


Clic pour voir l'oeuvre en entier : 
Caracalla et Geta
Sir Lawrence Alma Tadema
1907



Alma Tadema fut l'élève de Gustave Wappers et de Nicaise de Keyser à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers. Et puis grâce à son maître Bruxellois, le baron Hendryck Leys, le jeune artiste a pu parfaire sa connaissance de l'Antiquité, et maîtriser sa technique. En 10 ans d'études acharnées, il fut prêt à affronter le jugement de ses pairs et exposa avec succès ses oeuvres d'inspiration égyptienne dans l'Europe entière. 


Offrande d'Eté
Sir Lawrence Alma Tadema
1911

Installé à Paris, c'est en 1863, après son mariage avec Pauline Gressin de Boisgirard, que l'artiste visita Pompéi lors du voyage de noces du couple, (après avoir vu les frises du Parthénon à Londres). Alma Tadema fut fasciné par les nouvelles excavations de Pompei et garda un souvenir photographique des lieux et ruines.


Sir Lawrence Alma Tadema
Hopeful
1909
Clark Art Institute
Williamstown MA - USA


En 1864, il remporta la médaille d'or du Salon de Paris pour ses "Divertissements dans l'Egypte Ancienne". Les artistes tels Jean-Léon Gérôme, Rosa Bonheur ou encore Alfred Stevens louèrent son habileté. Ernest Gambart, le plus grand marchand d'Art de l'époque, lui offrit un avantageux contrat. Mais ce fut de Grande-Bretagne qu'arrivèrent la plupart de ses commandes. 



Sir Lawrence Alma Tadema
Inconscious Rivals


En 1870, comme Claude Monet, Henri Fantin-Latour, Gustave Doré, Camille Pissaro ou Alfred Sysley, Lourens Alma-Tadema se réfugia à Londres pour fuir la guerre franco-prussienne qui faisait rage en France. Le milieu artistique accueillit à bras ouverts "celui qui peignait des Victoriens en toge". Pauline, sa première épouse décédée en 1869, laissa 2 enfants à Alma Tadema qui se remaria avec Laura Epps, une de ses élèves Anglaises dont le talent n'avait rien à envier à celui de son mari.



Sir Lawrence Alma Tadema
A Favourite Custom
1909
Tate Modern
London - UK


En 1873, dès qu'il obtint sa nationalité britannique, l'artiste, dont le prénom s'écrivait désormais "Lawrence" et non plus "Lourens", accumula les honneurs et les décorations. Suprême consécration, Alma Tadema fut élu à la Royal Academy en 1876 et anobli par la reine Victoria en 1899. 


Sir Lawrence Alma Tadema
"The Finding of Moses"
1904


Le public anglais appréciait son sens du beau. Les tableaux d'Alma Tadema représentent, dans des formats plutôt modestes, des scènes de la vie quotidienne transposées dans l'Antiquité. Les personnages y sont beaux, élégants, ne laissent rien transparaître de leurs émotions. Le ciel y est bleu, la Méditerranée  idéale, le marbre jonché de roses... Ses expositions à la Grosvenor Gallery attiraient la foule, la fortune de l'artiste était établie. 



Promise of Spring
Sir Lawrence Alma Tadema
1890
Collection Privée


Ce fut en 1883 qu'Alma Tadema et sa famille emménagèrent dans l'ancienne maison de James Tissot à Regent's Park, dans cette demeure extravagante, où l'atmosphère de ses tableaux était reconstituée dans une débauche de luxe. Il y recevait les personnalités les plus en vue de l'époque, George Eliot, le préraphaélite Edward Burne-Jones, sir Arthur Conan Doyle, le prince de Galles (futur Edward VII), son ami peintre Frederic Leighton et le jeune Winston Churchill... 


Silver Favorites
Sir Lawrence Alma Tadema
1903
Manchester City Art Galleries


Ce fut à cette époque  que l'artiste produisit ses plus grands chefs-d'oeuvres. L'un d'eux, "Moïse sauvé des Eaux" inspira Cecil B. De Mille lorsqu'il réalisa le film "Les Dix Commandements". Les inoubliables superproductions de péplums hollywoodiens doivent beaucoup à Alma Tadema ! 


Sir Lawrence Alma-Tadema repose dans la cathédrale Saint-Paul à Londres.


Sir Lawrence Alma Tadema
"Ask Me No More"
(Ne me Demandez pas Plus)
1906
Sir Lauwrence Alma Tadema
Youth - Jeunesse


Fortune's Favourites
Sir Lawrence Alma Tadema
1895

6 commentaires:

  1. Un peintre que je ne connais pas passant très vite sur ce genre. On redécouvre depuis quelque temps, cette peinture du 19ème mais j'avoue que je n'y suis pas très sensible bien que ce soit beau. Le manque de sentiment ne me procure aucune émotion. Je reconnais qu'il peignait à la perfection. Gros bisous et bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est souvent le sentiment que provoque l'Art dit Pompier, un peu too much par moments, mais j'ai appris à l'apprécier, j'aime les préraphaélites, et le Néo Classicisme découle un peu à la fois de l'Académisme et du Préraphaélisme, mais là je parle du style, qui ne me déplait pas, par contre, au niveau émotion, il y en a moins effectivement que dans l'impressionnisme qui me touche davantage par ce coté là. Bisous et bonne année Crisitane

      Supprimer
  2. Je suis peu touchée par cette façon de peindre mais je regarde avec plaisir ces tableaux comme un beau livres d'images. L'art du détail par contre est parfait et admirable, tout particulièrement dans les vêtements et la végétation. Bises Nathanaëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je suis peu touchée, mais ce que j'admire dans ce genre d'oeuvres, surtout celles d'Alma Tadema, ce sont les matières, le marbre, la soie, mais coté émotion, je suis d'accord, on est loin du compte lol
      Bisous Zoé !

      Supprimer
  3. Je découvre... je n'ai jamais (assez) prêté attention à ce style...qui ne me déplait pas toute une époque !
    Merci Nathanaëlle
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Art Pompier a retrouvé ses lettres de noblesse, il était un petit peu décrié, en fait, ce n'est pas un mouvement, c'est une classification péjorative qui fut donnée en pleine période impressionniste, la trop grande maîtrise de ces artistes agaça les "cultureux" de l’époque et c'est ainsi qu'ils nommèrent le Néoclassicisme. Perso, je ne déteste pas du tout, je suis ancienne élève d'une école d'Art, et les matières sont extrêmement bien travaillées sur ces oeuvres, c'est ce qui m'a fait m'y intéresser, mais le coté émotion manque totalement, je suis bien d'accord.
      Merci Josette, bisous !

      Supprimer

Merci pour votre petite touche de couleur...