lundi 12 mai 2014

LES ENFANTS DE CARL LARSSON

Carl Larsson
"Expédition de Vikings"
Aquarelle - 1900
Collection Particulière
Enfants de Carl et Karin Larsson


Ce billet devait paraître il y a 2 mois, mais je manquais de temps pour le terminer, le voici donc enfin ! N'oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir, et sur les noms en violet, ce sont des liens vers des sites de référence. Bonne lecture ! 



La famille fondée par le célèbre et francophile artiste suédois Carl Larsson et son épouse l’artiste Karin Bergö-Larsson était un véritable ciment pour Carl. Après une enfance désargentée dans les bas-quartiers de Stockholm, et une jeunesse nerveusement instable, Larsson avait, grâce à Karin, construit un foyer aimant, modèle de bonheur familial, au point qu’il fut le sujet principal de son œuvre, avec leur maison de Sundborn, près de Falun, son petit coin de Dalécarlie tant aimé. 



Carl Larsson
"Déjeuner sous le Grand Chêne"
1896


Huit enfants vinrent illuminer leur vie : Suzanne (1884) Ulf (1887- mort en 1895 à l'âge de 18 ans), Pontus (1888), Lisbeth (1891), Brita (1893), Mats (1894 décédé à l'âge de 2 mois), Kersti (1896) et Esbjörn (1900).
Mais une biographie résumée s’impose pour voir naître les enfants au fil de la vie d'artiste de leur père...  Pour un artiste, les créations sont aussi des "enfants" d'où le titre choisi pour le billet.




Agrandir le plan
78 Prästgatan, Stockholm, Maison natale de Carl Larsson


Carl Larsson vint au monde au sein d'une famille peu aimante, le 28 mai 1853 au 78 Prästgatan, à Stockholm, son frère John naquit en 1857. Peu après, la famille déménagea à Grevgatan dans le Ladugarslandet, quartier Est de Stockholm où le jeune Carl allait à l’école de charité et traînait dans les bas-fonds sordides de la capitale suédoise, là où la morale était loin de convenir à l’éducation d’un enfant. 



Carl Larsson
"Portrait de Selma Lagerlöf "
 (auteur des "Voyages de Nils Holgerson")
Huile 1908
Editions Albert Bonnier

Carl Larsson
"Vue de Paris avec la Tour Eiffel en Construction"
Paris 1888


Néanmoins, le jeune Carl comptait parmi les meilleurs élèves de l’établissement, dont l’enseignement prodigué selon le Systhème Lancaster, lui permit d’être désigné comme moniteur auprès d’autres élèves. Il recevait pour cela 1 écu et 24 shillings. 



Carl Larsson
"Idylle"
1882

Son ivrogne de père, homme au caractère haineux, lui avait confié maudire le jour où Carl était né... Larsson ne dût compter que sur lui-même pour débuter sa vie, malgré les efforts de sa mère, blanchisseuse, quasiment seule à travailler dans le ménage Larsson. Carl l'aidait pour les lessives et pouvait s'assurer néanmoins du soutien moral de sa grand-mère maternelle, imaginative conteuse. 


Carl Larsson
"La Céramique"  ou
"Karin peignant des Assiettes"
Musée des Beaux-Arts de Reims
1887

John, le frère de Carl, mourut lors de l'épidémie de tuberculose de 1866. Carl dira plus tard que la famine était le plus petit problème de son enfance, qu'il vécut dans les rues coupe-gorges de la capitale suédoise parmi le trafic des voleurs, la maladie et la triste la déchéance humaine.



Carl Larsson
"Autoportrait"
1895
Waldemarsudde du Prince Eugen de Suède - Stockholm

En 1871, Carl Larsson faisait malgré tout vivre sa famille grâce aux retouches qu’il effectuait pour un photographe et ses dessins pour le journal satirique Kasper qui lui payait la belle somme de 2500 couronnes. En 1872, il entra à la Modellskolan, section "modèles" de l’Académie et fut admis à l’Ecole de Peinture un an plus tard. 



Carl Larsson
"L'Etang de Gretz"


En 1874, l'élève Larsson reçut 150 couronnes et les félicitations de l’Académie Royale des Beaux-Arts pour le tableau "Moïse montré par sa mère" suivi en 1875, d’un autre prix pour "Gustav Vasa accuse Peter Sunnanväder devant le tribunal de Västeras". A l’Ecole Lowenstam de Stockholm, Larsson étudia les techniques graphiques tout en travaillant comme illustrateur-reporter au Ny Illustrerad Tidning. La même année il effectua son service militaire.



Carl Larsson
"Le Fruit Défendu"
1882
Collection Privée

En 1876, une médaille royale lui fut offerte pour le tableau "Sten Sture l’Ancien libère la reine Kristina du Danemark de sa captivité à Vadstena" lorsqu’il illustrait les Contes de Hans Christian Andersen, puis en 1877, les contes populaires norvégiens  de Peter Christian Asbjömsen et Jörgen Engebretsen Moe (Asbjömsen & Moe)


Carl Larsson
"Intérieur de la Galerie Fürstenberg" 1885
Galerie d'Art de Göteborg

Après le décès de sa première compagne Vilhelmina Holmgren rencontrée à l’Académie des Beaux-Arts, et de leurs 2 enfants, Larsson, contrit de douleur, partit pour Paris le 17 avril 1877, où il loua un atelier rue Capron, dans le 18e arrondissement. Il passa l’été suivant à Barbizon, où les peintres pré-impressionnistes venaient chercher l'inspiration, mais s’ensuivirent un Automne et un Hiver sans ressources dans la capitale française. Larsson retourna à Barbizon au printemps suivant, où il peignit le portrait de son ami l'artiste Carl Skanberg exposé au Salon de Paris, portrait pour lequel il obtint une bourse de 1000 couronnes. 

Carl Larsson
Portrait de Carl Skanberg
1878
Novembre 1879 vit son retour à Stockholm où il reçut des commandes d’illustrations pour une série de romans de Zacharias Topelius et la décoration du plafond et des lunettes du Palais Bolinder de Stockholm en 1880.


Carl Larsson
Portrait d'August Strindberg
1899
Fusain rehaussé à l'huile
Musée National de Stockholm

De retour à Paris, il logea cette fois-ci au 53 rue Lepic pour une période éphémère puisqu’il retourna en Suède après le refus du Salon de Paris. L’été de 1881 se passa chez son ami August Strindberg à Kymmendo dans l’archipel de Stockholm, où Larsson travaillait sur l’ouvrage historique de Strindberg "Aventures et destinées Suédoises". 

Carl Larsson
"Dans le Potager"
1883
Musée National de Stockholm

L’automne de 1882 le ramena à Paris, cette fois-ci Avenue des Tilleuls. Il présenta "Chez le peintre du Roi" au Salon de Paris qui refusa l’oeuvre. Son équilibre nerveux lui causa de nombreux tourments mais il fit la connaissance de Karin Bergöo... Jeune compatriote et artiste, fille d'un riche marchand. Dès ce coup de foudre réciproque, la vie de Carl changea du tout au tout, il décida désormais de cultiver le bonheur...


Carl Larsson
"La Mariée" (Karin en robe de mariée)
Gretz sur Loing
1883
Collection Privée

Carl Larsson
Autoportrait
Vers 1910

Carl Larsson
"Karin"
Doc Runeberg.org


En septembre 1882, installés à Grez-sur-Loing, parmi la communauté des peintres nordiques, Karin et Carl se fiancèrent lorsque Carl reçut la médaille de deuxième classe du Salon de Paris pour ses aquarelles intimistes en plein air. Ils se marièrent le 12 juin 1883 à Stockholm et Carl mit son talent à illustrer les essais poétiques d’AnnaMaria Lenngren, poétesse suédoise du XVIIIe siècle. 



Carl Larsson
"Karin à Gretz"
ou "Automne"



En octobre 1883, le couple fut de retour à Paris, au 14 rue Fromentin. La même année, l'artiste obtint la médaille de troisième classe au Salon de Paris pour ses aquarelles, "Octobre" et "Novembre" tandis que le Musée National de Stockholm achetait 2 de ses aquarelles dont "Dans le Jardin Potager". Son ami August Strindberg lui consacra un article dans l’Almanach Svea



Carl Larsson
"Octobre" ou "Mère Morot"
1882
Carl Larsson
"Novembre"
1883


En 1884, l’Etat Français lui acheta l’aquarelle "La Pièce d’Eau" lors du Salon de Paris, mais l’artiste déclina la proposition de devenir membre associé à l’Académie des Beaux-Arts


Peder Severin Kroyer :
"Petit Déjeuner à l'Hôtel Chevillon - Gretz-sur-Loing"
(Carl Larsson est à droite et Karin Bergöo de dos,
Karl Nordström en casquette noire est à gauche )

Sa fille aînée Suzanne naquit à Grez-sur-Loing le 11 août 1884.


Carl Larsson
"Idylle dans l'Atelier"
(Karin et Suzanne)
1885
National Muséum de Stockholm

Carl Larsson passa le printemps de 1885 à Londres et exposa "Petite Suzanne" au Salon de Paris puis s’installa avec sa famille à Stockholm.



Carl Larsson
"Suzanne"
Aquarelle 1894
Musée d'Art de Gotebörg
Carl Larsson
"Suzanne étudie"
1904
En 1886, il peignit "Le Peintre en plein air" pour le Salon de Paris. Le récit illustré de son voyage à Messine, via Paris, Vienne, Florence et Rome parut dans l’almanach Svea. Il fut engagé comme professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Göteborg et devint membre du comité de direction de la Fondation des Opposants. 


Carl Larsson
"Le Loing"
Document New Crafts.Co

En 1887, Carl Larsson participa à l’Exposition Internationale chez le galeriste Georges Petit à Paris qui fut pour lui "la plus grande distinction qu’il puisse imaginer" dira-t-il plus tard. 


Son fils Ulf naquit en avril 1887.


Carl Larsson
Ulf
Vers 1895

Un an plus tard, le 16 avril, Larsson regagnait Paris pour peindre le triptyque de Fürstenberg et habitait alors Boulevard Arago dans le 13e arrondissement. A l’Automne, la famille reçut en cadeau, de la part du père de Karin, une petite maison dans le village de Sundborn, dans la province de Dalécarlie


Son fils Pontus naquit le 26 octobre 1888.


Carl Larsson
"Ulf et Pontus"
1894

En 1889, Larsson reçut un "prix au rabais" pour sa participation aux peintures murales du Concours National de Paris tandis que son triptyque exposé à l’Exposition Universelle reçut une médaille de première classe. La famille retrouva la Suède en décembre et s’installa à Sundborn



Carl Larsson
"Le Matin de Noël"
1894
Ulf, Pontus, Suzanne, au fond, Lisbeth et Brita à Gauche


Carl Larsson
"Jour de Fête"
Sundborn
1894



En 1890-91, Larsson exécuta les peintures murales du lycée de jeunes filles de Göteborg, illustra les chansons du poète Elias Sehlstedt et entreprit le concours des peintures murales du Musée National de Stockholm dont il remporta la médaille en 1891.


Sa fille Lisbeth naquit en 1891.


Carl Larsson
Lisbeth à la Tulipe Jaune"
Aquarelle 1894
Collection Privée
Carl Larsson
 "Lisbeth a la Pêche" 1898
Pour le livre :
"Ett Hem åt Solsidan"
Nationalmuseum de Stockholm
Carl Larsson
"Lisbeth dans le Rôle de la Princesse
de l'Oiseau Bleu"
Aquarelle 1900
Musée national d'Art de Copenhague

Carl Larsson
"Lisbeth à l'Accordéon"
1909

En 1892, Larsson fit enfin le voyage à Venise, dont la lumière est chérie par tous les artistes, en passant par l’Allemagne et Paris. Entre Stockholm l’hiver et Sundborn l’été, il travailla à des illustrations de chansons.

Sa fille Brita naquit en 1893.


Carl Larsson
"Brita et Moi"

D’autres illustrations de romans débutèrent en 1894 avant un voyage vers l'Allemagne, Rome et Paris afin d'étudier les techniques de la peinture à la fresque car le gouvernement Suédois avait accepté son projet de décoration du Hall de l’escalier intérieur du Musée National. L’été de la même année, il débuta sa série d’aquarelles "Un Foyer en Dalécarlie". En novembre il exposa avec Edvard Munch.


Carl Larsson
"Brita en Idun"
Lithographie 1901
Frontispice de l'édition de la revue "Idun"
consacrée à Carl Larsson
Carl Larsson
"Brita"
1910
Via New Crafts


En 1895, il exécuta les fresques du Musée National qu’il termina à l’Automne 1896, elles furent admises, mais non "agréées"… L’artiste étudia alors l’Art graphique et la gravure à l’Académie des Beaux-Arts.



Carl Larsson
"Karin et Kersti"

Sa fille Kersti naquit en 1896.



Carl Larsson
"La Promenade en Traineau de Kersti"


Carl Larsson
"Les Petits Pois"
Kersti à gauche, Esbjörn et Karin
Aquarelle 1908
Tirée de "At Solsidan" 1910

Carl Larsson
"Kersti"
1915


En 1897, les Larsson achetèrent la ferme Spadarfvet et Kartbaken à Sundborn.


Carl Larsson
"A la Ferme" ou "Johanna et sa Vache"
Spardafvet
1905

 L’Opéra de Stockholm le choisit pour la peinture d’un plafond et une série de lunettes. 20 de ses aquarelles de "Ett Hem" (Un Foyer en Dalécarlie) remportèrent l’engouement du public lors de l’Exposition d’Art et d’Industrie de Stockholm



Carl Larsson
Etude pour l'Aquarelle "la Sainte-Karin"
1899
Au Premier Plan : Suzanne

En 1898, Larsson déclina une chaire de professeur à l’Académie Royale des Beaux-Arts. En 1899, il publia enfin l’album "Ett Hem" dont il écrivit les textes et dont les aquarelles étaient reproduites en couleurs. En 1900, il reçut une médaille de première classe à l’Exposition Universelle de Paris.


Carl Larsson
"Esbjorn"
Novembre 1900
Musée d'Art de Gotebörg


Son fils Esbjorn naquit en 1900.

En 1901, la famille s’installa définitivement à Sundborn où l’artiste termina la fresque "Prière". Un premier livre fut consacré à Carl Larsson par l'historien d'Art et critique Georg Nordensvan


Carl Larsson
"Esbjorn et Grand Pa dans l'Atelier"
1902


Carl Larsson
"Esbjorn à la Pêche"
1903
Carl Larsson
"Esbjorn en Fermier"
1915


En 1903, Larsson fêta ses 50 ans, et réalisa la fresque "Dehors souffle la brise d’Eté" au lycée de Göteborg. En 1904, il entreprit une nouvelle esquisse pour "L’Entrée de Gustav Vasa à Stockholm" et commença à travailler sur l’album "Spardarfvet"


Carl Larsson
"Ute blåser Sommarvind" 
"Dehors Souffle la Brise d'Eté" (détail)
Lycée de Göteborg
Muralisme

Carl Larsson
"L'Entrée Triomphale de Gustav Vasa à Stockholm"

En 1905, Carl Larsson entreprit la décoration du plafond du nouveau théâtre dramatique de Stockholm  "La naissance du Drame" fresque achevée en 1907.

Son fils aîné Ulf mourut en 1905, à l’âge de 18 ans.

Carl Larsson
"Autour de la Lampe du Soir"
Aquarelle 1900
Galerie Thiel - Stockholm


L’album «Spardarfvet » fut édité en 1906, année où il peignit l’autoportrait "Examen de Conscience"  acheté en 1911 par le Musée des Offices de Florence, pour une exposition particulière. En 1907, le couple Larsson fit l’acquisition de leur maison de Falun



Carl Larsson
La Pêche aux Ecrevisses
Aquarelle non datée vers 1894-97
Tirée de "Ett Hem"
Stockholm - Musée National


En 1908, Strindberg attaqua le couple dans "Un livre bleu" tandis que Carl réalisait 28 nouvelles aquarelles, exposées à Munich, en vue de l’album "At Solsidan" (Du Coté du Soleil) paru en 1909. Cette même année, Larsson achetait la ferme de ses aieux à Lövhult sur la commune de Hammarby dans la province de Södermanland.



Carl Larsson
"L'anniversaire de Kersti"
1909

En 1911, l’artiste reçut un premier prix à Rome pour l’esquisse du "Sacrifice du Solstice d’Hiver" tandis qu’il attaquait sévèrement l’Art d’avant-garde dans une revue d’Art Suédoise, ce qui lui  valut une réponse calme et posée mais néanmoins acerbe de la part du Prince Eugen, artiste lui-même.



Carl Larsson
Autoportrait
1915

En 1912, Larsson reçut une médaille d’or à Berlin, puis exposa à Helsingfors et à Abo, en Finlande.


Carl Larsson
"Son Altesse Royale la Grande Soeur"
Ebjorn et Brita
1912

En 1913, Larsson fêtait ses 60 ans et retrouvait Paris, pour la première fois depuis 19 ans. Curieusement, il s’y sentit étranger. Pour Noël, la parution du recueil d'aquarelles "Les Enfants des Autres" enchanta tout autant le public que les 2 premiers albums.



Carl Larsson
"Le Nouveau Chapeau de Lisbeth"
Vers 1910


En 1914, Larsson dessina l’affiche de la publication éditée pour La Marche des Paysans. Après les projets et l’exposition de plusieurs esquisses, la commission du Musée National considéra à l’unanimité que l’artiste devait poursuivre la décoration du Musée mais choisir un autre sujet que le Sacrifice du Solstice d’Hiver, dont le musée accrocha tout de même la toile à l’essai en 1915, mais en refusa l’achat un an plus tard. La décoration murale orne l'escalier central du musée aujourd'hui.


Carl Larsson
"Midvinterblot"
"Le Sacrifice du Solstice d'Hiver"
1915
Lien
"Midvinterblot" (Le Sacrifice du Solstice d'Hiver) est une légende de la Mythologie Nordique dans laquelle le roi de Suède Domalde se sacrifia pour éradiquer une famine.


Carl Larsson
"Déjeuner en Plein Air"
Huile 1910-1913
Musée de Nörrkoping


Carl Larsson
"Lisbeth  étude pour
Déjeuner en Plein Air"
1910

Carl Larsson
"La chanson du Gendre"
1912

En 1916, une exposition était consacrée à Carl Larsson, Bruno Liljefors et Anders Zorn dans la vaste et récente galerie Liljevach à Stockholm, puis à Copenhague.



Carl Larsson
Autoportrait 1918

En 1918, Larsson termina son autobiographie "Moi" publiée en 1931 et publia l’album d’aquarelles "De Mina" (les miens)
Carl Larsson mourut le soir du 22 janvier 1919 à Sundborn près de Falun, après s’être retiré de son atelier.


"Aime ! Aime ! C’est la solution de l’énigme de la vie" 
Carl Larsson


Carl Larsson
Autoportrait
1891

Dans un prochain Billet, nous visiterons la maison de Carl et Karin LarssonLilla Hyttnäs  en aquarelles...

A très vite ! 

Carl Larsson
"Gunloeg sans Maman"
La Première Fille de Suzanne
Premier Petit-Enfant de Carl et Karin Larsson
1913

Le Petit Palais rend actuellement hommage à l'artiste Clic Ici lors d'une exposition qui se tient depuis le 7 mars jusqu'au 7 juin 2014 "Carl Larsson, l'Imagier de la Suède"
L'exposition fut inaugurée le 6 mars par leurs altesses royales la Princesse Héritière Victoria de Suède et son mari le prince Daniel.



Victoria et Daniel de Suède au Petit Palais
 - 6 mars 2014 - Paris (c) Getty Images

Billet réalisé grâce au livre "Carl Larsson" Editions Herscher 1982

43 commentaires:

  1. Une très belle découverte pour moi !
    Merci pour ta patience, ta volonté de construire ce billet riche en explications, en illustrations bien choisies et en liens divers.
    Bravo pour cet hommage brillant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'on ne peut qu'aimer le travail de Carl Larsson, ses oeuvres reflètent une telle fraicheur et un tel bonheur, on ne peut passer à coté sans l'apprécier. Je l'ai découvert en 1982, et à la vue de ces aquarelles, on aurait dit qu'elles avaient été crées la veille alors qu'elles avaient déjà presque un siècle.
      Belle soirée ambre, ravie d'avoir contribué à te faire aimer Larsson

      Supprimer
  2. Un billet splendide, Nathanaëlle !
    J'aime bien l'évolution de sa peinture, vers un "modernisme plus joyeux", plus coloré, un style plus épuré aussi...
    Je t'embrasse très fort, et je te souhaite une belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est épuré en effet, Larsson rehaussait ses aquarelles de mine de plomb, simplement. C'est magique, elles dégagent une telle fraicheur d'enfance, un tel bonheur, les regarder fait du bien.
      Bisous Norma et belle soirée !

      Supprimer
  3. Je comprends pourquoi tu nous as fait languir... quel billet Nathanaëlle
    un artiste dont j'ignorais tout et qui est passionnant à suivre.
    je t'embrasse
    (je passe plus tard pour lire la suite des liens...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie d'avoir contribué à te faire aimer Larsson. Contempler les oeuvres d'un artiste que l'on apprécie et connaitre son histoire ne fait que renforcer l'attirance, on comprend mieux l'artiste et sa manière de s'exprimer. Larsson ne pouvait pas échapper à cela, il est un peu mon chouchou lol
      a très vite pour la visite de la maison de l'artiste...
      Bisous Martine, belle soirée

      Supprimer
    2. Bisous Josette, excuse-moi ! (j'ai écris Martine en sachant que c'était toi, il est tard, je n'ai plus les idées en place lol)

      Supprimer
  4. Formidable billet Nathanaëlle ! je comprends que tu aies mis du temps à le fignoler ;-)
    Pas le temps de tout lire et tout approfondir pour l'instant, j'ai juste survolé ton texte et les peintures, dont j'ai vu un certain nombre en visitant l'exposition actuelle au Petit Palais.
    Je file en cuisine, mais je reviendrai dans la journée, après avoir relu mes notes prises lors de l'expo.
    Merci pour la magie engendrée par ce billet
    bisous, à très bientôt

    P.S. : j'ai publié la solution de l'énigme posée par mon mystérieux moine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai construit petit bout par petit bout, un peu chaque jour, mais je voulais aller au fond des choses, dans la mesure du possible, et je ne peux pas y consacrer 8h par jour lol.
      Je laisse le temps d'approfondir lol Larsson est passionnant et a eu une vie difficile au début, puis elle est devenue heureuse grâce à Karin, c'est grâce à elle que tout a commencé, le bonheur et la grâce de son talent.
      Karin, quant à elle était artiste aussi, il faudra que je lui consacre un billet, car elle abandonna la peinture dès son mariage, et devint créatrice de tissus. Elle tissait elle-même.
      Je serai enchantée de lire un billet sur Larsson d'après les notes de ta visite, tu nous en concocte bien un, dis ? Des notes à chaud je suppose, car c'est magique les premières impressions. Et lorsque l'on se retrouve face à Larsson, on se sent "toute petite" lol Elles ont une force ces aquarelles ! (même ses huiles,mais je leur préfère la délicatesse des aquarelles)
      Bisous Tilia, bonne nuit ou journée, quel que soit le moment où tu repasseras par ici lol

      Supprimer
  5. Nathanaëlle, quel magnifique travail, ce billet ! Je ne connaissais absolument pas ces épreuves et ces joies qui ont jalonné la vie de ce merveilleux peintre, MERCI !
    Je découvre aussi certains de ses tableaux, quelle œuvre prolifique ! Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des malheurs et puis enfin le bonheur, c'est cette succession qui a fait exploser la magie du talent de l'artiste, il savait d'où il venait, il ne l'a jamais oublié, je crois.
      Bisous Brigitte, doux week-end !

      Supprimer
  6. J'avais pensé à toi à l'annonce de l'exposition au Grand Palais.
    As-tu pu monter à Paris pour la voir ?
    Quel beau billet, tous ces tableaux répertoriés et le sujet que l'on lit avec beaucoup d'intérêt. Chapeau !
    Je comprends parfaitement qu'il a fallu beaucoup de temps pour arriver à ce résultat magnifique. Merci à toi.
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non hélas, pas encore et je ne sais pas si j'aurai le temps, en ce moment mes journées sont bien remplies lol Je n'arrive pas à tout gérer grrrr lol Je ne consacre que peu de temps par jour à mon blog et parfois pas du tout, c'est ce qui explique la durée de gestation de ce billet lol
      Ah Larsson, il ne laisse personne indifférent. C'est trop beau pour cela. Il touche forcément tout le monde par sa délicatesse non seulement de trait et de couleurs, mais par ses sujets et sa manière de les avoir croqués.
      Bisous Danielle (je suis en retard sur mon courrier pardon)

      Supprimer
  7. Mais où est passé mon commentaire, déposé tout-à-l'heure vers 12:30 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les ai trouvés tous les deux le soir, il y a eu effectivement un bug, ils n'étaient pas présents en début d'après midi... Ce n'est pas la 1e fois que ce genre de chose se passe. (Je ne parle pas de ma boite mail, mais de la boite à commentaires en attente sur Blogger)
      Va comprendre, lol l'informatique, parfois c'est "pire que de jouer au bouchon" lol
      Bisous Tilia, toutes mes excuses pour ce contretemps.

      Supprimer
  8. Dear Nathanaelle,

    Carl Larsson has always been one of my favourites. I like his scenes taken from everyday life and the use of bright colours. They are really quite appealing!

    A lovely post!

    Happy week!

    Madelief x

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. One of my favourites also ! Wonderful artist, great talent. his work is sweet, tender and perfect.
      Nice week-end Madelief,
      hugs
      Nath x

      Supprimer
  9. un billet magnifique..que je regarderai plus attentivement à la maison.. bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout ton temps Elfi, le charme des oeuvres de Larsson charme le monde depuis plus d'un siècle, et on les voit comme si elles avaient été créees hier matin, elles sont pleines de fraicheur
      Bisous Elfi !

      Supprimer
  10. Beautiful artist, his work is fantastic. Cheers Nathanaëlle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes, fantastic is the good word for the talent of Larsson.
      Cheers Bob !

      Supprimer
  11. Quelle belle page Nathanaëlle. C'était vraiment passionnant de découvrir cet artiste de talent au fil de tes explications et illustrations. J'aime beaucoup l'amour et la tendresse qui émanent des portraits de ses enfants. Ils sont magnifiques !
    Un grand merci à toi pour cette page que j'ai lue comme un roman passionnant.
    Gros bisous et bonne journée. (La Normandie est de nouveau sous la pluie :-( )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les oeuvres de Larsson émerveillent, elles sont touchantes. Elles ont fait l'unanimité dans le monde entier depuis plus d'un siècle, la raison est l'amour qui s'en dégage, outre le talent de l'artiste qui ne laisse pas indifférent.
      Gros bisous Oxygène, avec des petites perles de pluie...

      Supprimer
  12. Quelle belle famille !!! Il a eu son garçon, ouf !!!!!
    Tu nous gâtes avec ce billet qui me donne envie de voir l'expo et peut-être le livre mais déjà ton article me satisfait oh combien !!!
    Belle soirée !
    Bises avec le soleil qui se couche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4 garçons en tout. Mais Ulf est mort très jeune ainsi que Matts.
      L'aquarelle de la fin est une petite fille, Gunloeg est la première petite fille du couple Larsson et la fille de leur fille ainée Suzanne.
      Si tu as l'occasion de voir un Larsson face à toi, ne la rate pas, c'est magique. Elles ne sont pas très grandes ces aquarelles, mais quelle force ! Elles sont superbement exécutées et surtout très touchantes.
      Bisous Martine et doux week-end

      Supprimer
  13. Je suis en pause mais, je n'allais pas louper ce billet que tu as mis tant de temps à nous préparer !
    Du coup, j'ai vraiment eu le temps de tout lire et de cliquer sur tous les liens.
    C'est un superbe et très intéressant billet Nath et un artiste que j'appréciais mais là je découvre sa vie et toute une grande partie de son travail que je ne connaissais pas.
    Et tout me plait, vraiment bravo et merci.
    Gros bisous Nath et belle soirée.
    Ps : mon prince et en ta bonne ville d'Aurillac!-o)))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est super gentil Mireille !
      Il y a ici qu'une toute petite partie de son oeuvre, elle est immense. Un billet sur l'intérieur de sa maison de Falun va suivre, tu en verras donc d'autres lol
      Gros bisous et doux week-end Mireille, reviens demain, j'ai pensé à toi en préparant ma photo de la semaine !

      Supprimer
  14. Merci Nathanaëlle, une découverte pour moi, beaucoup de lumière dans ses travaux, et étonnant comme sa famille l'a inspiré. J'espère que tu as vu ou verras l'expo.
    Graous graous, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, Larsson a beaucoup joué avec la lumière, elle est magique sur ses aquarelles. Le bonheur l'a inspiré, lui qui ne l'avait pas connu avant. C'est un beau sujet, le bonheur !
      J'ai déjà vu plusieurs fois des Larsson exposés, mais pas autant, cette expo consacrée à ce grand artiste me tente... Tilia l'a vue, j'espère qu'elle va nous raconter...
      Graou bisous Les minous et Phil !

      Supprimer
  15. I had no idea Carl Larsson was so prolific and with such a variety of styles. He is even more wonderful and talented than I knew!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. There is here a small part of the work of Larsson, it is touching and bright. Another post will follow on the inside of his house in Falun.
      Soon Jeri, sweet weekend!

      Supprimer
  16. Que de richesses et de découvertes dans ce billet ...
    Je découvre un Carl Larsson un peu inconnu pour moi car trop subjuguée par ses sujets " enfants et scènes familiales ..." Son oeuvre est beaucoup plus vaste...
    Merci Nath..Plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup plus vaste en effet, mais ses enfants restent le sujet principal de son oeuvre, ses enfants et le bonheur !
      Poutous Mathilde et doux week-end !

      Supprimer
  17. Superbe billet, tes commentaires nous permettent de suivre sa vie au fil des tableaux. Ce peintre était un dessinateur virtuose et un coloriste délicat. Il saisit les instants de vie avec toute leur vivacité et leur tendresse. Sa famille est d'une beauté époustouflante. Tu donnes vraiment envie d'aller à Paris et en suède découvrir son œuvre et son cadre de vie. Magnifique ! Très belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de te lire Marisol, comme tu n'as pas de blog, je ne peux pas te rendre visite... Ta visite me fait plaisir.
      Si tu n'as jamais vu un Larsson de visu, alors va voir l'expo, car tout ce que tu décris est à la puissance mille lorsque l'on contemple une aquarelle, elles font du bien à l'âme. Non seulement elles subjuguent par leur beauté d'exécution mais par ce qu'elles dégagent : du bonheur.
      Bisous Marisol, doux week-end ! A bientôt j'espère ! :-)

      Supprimer
  18. Bonjour, Nathanaëlle, au si joli prénom !
    Merci pour ce travail de documentation, parfait. Je connaissais cet artiste de talent et j'ai reconnu quelques unes de ses œuvres revues avec plaisir, mais je dois dire que j'ai beaucoup appris, aussi.
    Bel après-midi et à bientôt.
    Amitiés.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Roger !
      Larsson touche tout le monde, son oeuvre est universellement reconnue, on ressent le bonheur lorsque on contemple ses aquarelles. Quel artiste !
      Beau et doux week-end Roger,

      Supprimer
  19. Merci Nathanaëlle pour ce magnifique billet ! J'adore cet artiste et je trouve qu'il a mis dans ses toiles tout l'amour de l'enfance, cet amour qui lui a manqué. La toile "Dans le potager" (que je ne connaissais pas), m'a éblouie : quelle lumière et quel précision poétique ! Il a réellement communiqué tout ce qui est fugitif et si difficile à transmettre une impression d'éblouissement... extraordinaire !
    Dis-donc ? Ne ressemblerais-tu pas un peu à sa Lisbeth par hasard ????
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses aquarelles respirent en effet le bonheur et de plus, lorsque l'on s'en approche de tout près lors d'une expo, on peut voir la précision de l'artiste. Tout est superbement exécuté, mais outre cela, c'est le bonheur qui se dégage de ses oeuvres, et on le ressent...
      Lisbeth était d'un très joli châtain-blond et était bien plus jolie que moi, oh oui !
      Bisous la Fée, doux week end !

      Supprimer
  20. Enfin me revoici ! j'ai fini par remettre la main sur mes notes.
    Comme je connaissais déjà (par les reproductions) les intérieurs de la maison Larsson, il se trouve que ce sont les aquarelles accrochées au début de l'expo du Petit Palais (qui présente les œuvres par ordre quasi chronologique) qui m'ont le plus marquée, vu que je les découvrais. Admirer ces peintures en réalité, c'est tout autre chose que de les voir en reproduction, c'est particulièrement vrai pour les aquarelles, elles ont un tout autre éclat dans la réalité !
    Je veux parler en particulier de "Dans le jardin potager" et de son pendant "Le Vieil Homme dans la pépinière" (dont le reflet dans l'eau du Loing est vraiment magique), ainsi que de "Octobre, ou les Potirons" de 1882.
    Et puis j'ai surtout adoré, de "Le Loing" 1887. Ce lavoir sur le Loing ressemble énormément à celui qui se trouvait au fond du jardin de ma tante en Lorraine et dans lequel j'aimais à me planquer quand je jouais à cachette avec mes cousin(e)s.

    J'ai aussi beaucoup admiré "La Céramique" (1887) dont le cartel précisait " Karin peignant des assiettes". D'après le catalogue de l'expo cette aquarelle se trouve habituellement au musée des Beaux-Arts de Reims (en dépôt du musée d'Orsay).

    Pour terminer ce commentaire déjà pas mal long sur une note amusante, j'ajouterai que ma petite-fille (La Lutine) a passé 10 bonnes minutes en extase devant "Idylle" ! En dehors de ces qualités picturales, l'atmosphère de cette huile (peinte en 1882 dans la période où Carl a rencontré Karin) a vraiment de quoi fasciner une adolescente ;-)

    Au risque de te décevoir, je n'envisage pas pour l'instant de faire un billet sur l'expo Carl Larssson, ce ne sera donc pas avant un "certain temps" :-))

    Belle fin de soirée, Nathanaëlle, bisous et bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  21. Oh oui, ces aquarelles ont un éclat incroyables, en vrai, c'est autre chose qu'une repro ou que de les voir sur le net. J'en ai vu une demi-douzaine, les autres étaient des huiles, mais quelle lumière ! Les couleurs sont toutes fraiches.
    J'ai failli l'insérer ici, le vieil homme dans la pépinière est une aquarelle de 1883, elle est divine ! Au premier abord, on peut la prendre pour une huile, si on la voit en reproduction, mais la vraie : Woow !
    Les oeuvres de Larsson sont d'un réalisme époustouflant.
    Ah, c'est Karin qui peint les assiettes sur "La Céramiste" ? Je ne l'ai pas reconnue...Oopssssss lol
    Idylle en 1882, pardon, effectivement j'ai fait une erreur, merci de me l'avoir si discrètement fait remarquer. (Pfff je ne bois pas pourtant !lol qu'est-ce que ce 1875 vient faire là...)
    Un certain temps, ou un temps certain, pô grave, nous saurons attendre ! lol Cela en vaut la peine.
    Bisous Tilia et belle fin de soirée, beau dimanche
    (et je corrige ma bévue, merci Tilia ;-) lol )

    RépondreSupprimer
  22. Merci pour toute cette documentation sur Carl Larsson... Je ne me lasse de regarder ses aquarelles...elles respirent le bonheur, la joie de vivre

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petite touche de couleur...