mardi 10 septembre 2013

AUX PIEDS DE CENDRILLON...

(c) C L

Peut-on parler d'Art en matière de mode, il me semble que oui. Les créateurs de Haute-Couture sont des artistes. Il en va de même pour les accessoires de la mode. Ce billet se penche sur deux célèbres créateurs, (n'y voyez aucune "peoplerie", juste un regard sur leur savoir-faire) choisis pour la qualité de leur talent, mais leur renommée est grande, vous allez les reconnaître très vite... 



(c) Berluti


ELLE
Parme, à l'issue de la Seconde guerre Mondiale... Une petite fille âgée de 6 ans s'arrête au fond du long couloir d'un Couvent... Il est là ce grand Christ de bois sombre, nu, aux pieds cloués et meurtris, dans toute leur spiritualité et leur essence, qui semblent saigner depuis la nuit des temps. La fillette le contemple et souffre avec Lui. Elle promet à ce moment là, lorsqu'elle sera grande, d'enlever les clous des pieds des hommes...
Promesse tenue, elle a aujourd'hui le monde à ses pieds... Elle crée des chaussures aux couleurs de la mer, aux teintes d'algues, aux tons de berlingot fondant ou de châtaigne mûre, aux patines veloutées comme des nectars... Les noms célèbres de la planète lui ont fait confiance, d'Andy Warhol à Jean-Paul II, en passant par Kennedy, François Truffaut et Jean Cocteau. Mais elle dessine aussi des costumes pour le théâtre et le cinéma (elle compte plus de 40 films à son actif, dont le célèbre "Farinelli" pour lequel elle reçut un Award, mais on lui décerna la récompense d'un César pour "Harem"). Elle est magicienne, et ses sortilèges sont étincelants...
Elle chausse les hommes...


(c) Selected


LUI :
Les souliers le fascinent depuis l'enfance. L'homme n'est pas à un paradoxe près, car il n'aime pas le mot "chaussure" mais en vend plus de 700 000 paires par an. Toujours en quête de la qualité extrême tout en fuyant une idée de perfectionnisme. Son patronyme qu'il n'aimait pas beaucoup, est presque devenu un nom commun tant il en a fait un objet de désir reconnu dans le monde entier, synonyme de l'escarpin parfait. Il crée pour subjuguer, car selon lui, le soulier n'est pas un accessoire, mais un attribut. Sa philosophie de création se ressent dans toutes ses collections. Lui aussi est magicien de luxe...
Il chausse en particulier les femmes... sans oublier les hommes.


(c) Presse Elle.fr

ELLE
Elle appartient corps et âme à une famille de bottiers Italiens, depuis 1895. Son arrière grand-père Alessandro, chaussait déjà la célèbre Isadora Duncan et Elisabeth Arden. Son grand père, Torello, fut le fondateur et l'inventeur de l'esprit de la célébrissime marque. En 1959, il décida de retirer sa petite-fille de son couvent parmesan pour la faire venir à Paris. Discrète, elle observa en silence et mémorisa le comportement des clients, afin d'arriver à percer à jour leurs désirs selon leur attitude. Elle comprit également l'ordre des choses : le cuir est un éprouvant combat. Après le tannage, il faut couper, casser, façonner, polir, adapter la forme en bois qui permet à chaque soulier de devenir une seconde peau destinée à contenir le corps d'un homme et de le propulser en avant. Allier technique et esthétique...
Richelieu Gaspard - Cuir Venezia (c) Berluti
Au départ, il y a la forme crée aux dimensions du client...
Doc (c) Berluti

LUI
Petit dernier attendu après la naissance de 3 filles, ce créateur, fils d'un ébéniste et d'une mère adorable, naquit et grandit à Paris. Du haut de ses 15 ans, déjà il dessinait des souliers de danseuses de cabaret aux talons si hauts qu'ils "font basculer le centre de gravité vers l'avant, remontent les fesses et font ressortir la poitrine". Célèbre formule qui fit et fait toujours son succès. A 17 ans, il passait ses nuits au "Palace" rue Faubourg-Montmartre (au temps où celui-ci était un lieu de "fêtes" nocturnes, mais mineur, il y entra sous la tutelle de Fabrice Emaer), et le jour aux Folies Bergères, à deux rues de là, où il assistait les danseuses de la revue qui l'envoyaient acheter des escalopes de veau pour amortir les cambrures tendues à l'extrême. Ce poste d'observation fut idéal pour comprendre les mystères du port du talon.


(c) C L


ELLE
Elle voulait dessiner des chaussures différentes de celles, magistrales, de son grand-père qui lui avait appris que la créativité commençait par la désobéissance. Alors elle désobéit... En 1962, deux hommes poussèrent la porte du magasin de la rue Marbeuf. L'un, Français, traduisait les désirs de l'autre, Américain aux lunettes extravagantes et à la perruque peroxydée. Le premier se nommait Yves Saint-Laurent, le second Andy Warhol... Croquis esquissé et mesures prises : "J'ai ma première commande grand-père !" "Ton client a-t-il versé des arrhes ? Pas d'arrhes, pas de commande !" Un ouvrier, témoin de sa peine, lui confia des outils, elle créa la forme en bois et confectionna les souliers. Mais on ne lui avait pas donné les plus belles peaux. Or une balafre, causée par un barbelé où s'était blessée la vache, traversait la chaussure (drame que de penser à un animal blessé, elle, la végétarienne qui déteste les sacrifices). Poubelle ! Dit le grand-père. Mais elle s'obstina : onguents, huiles essentielles de Rochas et Guerlain. Poubelle ! Redit Torello. Or Andy Warhol vint chercher sa commande... Il fut mal reçu par Torello, mais pour apaiser les tensions, elle présenta les chaussures. Andy Warhol les essaya : les souliers lui allaient divinement bien. Mieux, il aimait cette balafre zébrant la chaussure. Elle fut payée rubis sur l'ongle et, cerise sur le gâteau : Andy Warhol passa une autre commande, dans le même cuir ! Le modèle baptisé Andy existe toujours. 


Document Berluti - Modèle Andy



LUI
Un jour, ses croquis de souliers arrivèrent sur le bureau d'Hélène de Mortemart, directrice de Dior. Celle-ci l'envoya alors en stage à Romans, (Drôme) dans l'atelier de Charles Jourdan, fabricant des modèles de la Maison de l'avenue Montaigne. A 18 ans, le jeune homme y apprit son métier de A à Z. Un an plus tard, il proposait ses croquis chez Chanel, Yves Saint-Laurent, Maud Frizon, et Sidonie Larrizi, Hervé Léger. Puis il entra chez le créateur Roger Vivier, mais celui-ci le sollicita pour l'aider à organiser sa rétrospective au Musée des Arts Décoratifs


(c) CL


Il ne se sentit alors plus progresser et devint paysagiste le temps de quatre saisons, laps qui lui permit de perfectionner son regard sur les couleurs et les matières. Il a suffit qu'on lui parle d'une boutique à louer Galerie Vérot-Dodat, au coeur de Paris, et il délaissa terrasses et jardins. A 28 ans, il créa la marque qui porte son nom. Ce fut alors qu'une bonne fée nommée Caroline de Monaco passa par là, en 1992...Et des journalistes de mode lancèrent l'histoire grâce à quelques articles dans les magazines.



Doc CL boutique

ELLE :
La première commande d'Andy Warhol fut le tremplin de sa carrière. Elle put mettre au point ce nouveau cuir qu'elle nomma "Venezia". (La peau est enfouie sous la terre pendant 6 mois, lavée dans l'eau de la lagune vénitienne, exposée aux rayons de lune et réhydratée sans cesse de crèmes et d'onguents précieux. Le cuir ainsi obtenu, est doux comme un miroir). 
(c) Berluti

Puis elle créa le Club Swann, où en nocturne, elle apprend aux messieurs à entretenir leurs chaussures. Alors à la lune montante, une fée montre aux apprentis sorciers comment imbiber les souliers d'un trait de champagne pour les cuirs clairs ou de quelques gouttes d'un grand Bordeaux pour les foncés, ceci afin de les exposer et laisser sécher à la lueur de l'astre afin de créer de superbes patines. Les résultats obtenus sont prodigieux. 

Elle est la première femme bottier au monde, vous l'avez reconnue, c'est Olga Berluti



Olga Berluti


LUI
De la ballerine plate à la chaussure à plateau de 16 cm, il dessine tous ses modèles sur papier Canson 21x29,7. Ses escarpins sont déclinés en talons aiguille de 8, 10 et 12 cm pour chaque modèle. La légende veut qu'un jour, lors de ses premières collections, il retoucha un prototype avec le vernis à ongles rouge d'une de ses collaboratrices, c'est ainsi que sa marque de fabrique serait née : la semelle rouge, code Pantone 18.1663 TP, repérable au premier regard posé sur les chaussures Christian Louboutin ! Mais vous l'aviez reconnu...



Document Lexpress.fr
(c) Louboutin
Depuis la série "Sex and the City" dont la fraicheur de Sarah-Jessica Parker fit le succès, il est "in" d'avoir ses Manolo Blahnick, ses Jimmy Choo ou ses Louboutin. Doit-on suivre ces diktats et oukazes-là, même si on en a les moyens ? Je ne crois pas, gardons la liberté de nos choix.


(c) Louboutin
La classe des Louboutin lorsqu'elles sont simples et élégantes...


Rêvons un peu : 

Restons dans les accessoires de luxe et de mode, si vous deviez en choisir un, opteriez vous pour des chaussures, un sac, un bijou ? Je vais répondre à ma question en premier, n'ayant aucun engouement pour la chaussure et le diamant, je choisirais un Birkin rouge d'Hermès en cuir lisse. C'est à vous, dites moi...


Je vous laisse en compagnie d'Olga Berluti pour une extraordinaire leçon de cirage :


 


(J'ai eu le plaisir, il y a quelques années, de bénéficier des conseils de l'un de ses "élèves" du Club Swann, il m'a laissé le goût d'entretenir mes chaussures, non seulement pour les conserver plus longtemps, mais également pour l'immense plaisir de les cirer, même si les miennes ne sont pas des Berluti faites sur mesure ! lol)


Avec les formes des clients décédés, Olga Berluti crée, en leur hommage, un ex-voto, voici quelques exemples où l'on peut remarquer son talent de costumière...


Ex-Voto de Bernard Blier
Ex-Voto de Richard Burton
Sources : PDV et Berluti.com

41 commentaires:

  1. Un billet qui ne peut que ravir l'amoureuse de chaussures que je suis !
    Je ne sais lesquelles choisir, j'adore tout particulièrement les escarpins roses, même si je ne suis pas sûre de pouvoir marcher avec eux...
    Encore merci, Nathanaëlle, et très belle journée.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Norma,

      Puisque tu aimes les chaussures, ce billet est fait pour toi, alors ! :D
      La chaussure met la touche finale à la tenue, et elle est importante, même si l'on aime être chaussée confortablement pour courir et attraper son bus lol
      Louboutin crée plusieurs hauteur de talons pour la même chaussure, on peut trouver sa convenance, il y a même des ballerine et en PAP !
      Bisous Norma et belle après-midi !

      Supprimer

  2. Magnifique reportage . Parmi les
    accessoires, ce sont les chaussures
    qui racontent le plus d'histoires.
    Avec les chapeaux, peut-être ? en
    tout cas, tout ce que tu viens de
    nous décrire est absolument fascinant.
    Pour répondre à ta question, Nathanaëlle,
    je dirais que l'accessoire qui m'est
    indispensable : le sac . Je suis une
    amoureuse du sac !! Bises à toi et bonne
    semaine. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elza,

      J'espère que tu vas mieux, ainsi que le beau Virgile. C'est vrai les chaussures parlent de nous tout autant que nos vêtements, et peut-être plus encore, car elles servent de protection.
      Ah les sacs, je suis un peu comme toi, peu de chaussures mais je craque pour les sacs lol !
      Bisous et bel après-midi Elza, calins d'amour à Virgile

      Supprimer
  3. Oui, c'est sûr, il y a de l'idée, de la créativité, peut-être même de l'art, mais tout de même, chat ne vaut pas une bonne cha-rentaise, foi de Chats-Pitres ! ;-)
    Ronrons & câlins à notre Tata Naëlle.
    Bisous de Miss Tigri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou les p'tits Chats !
      Une Chat-entaise ! Mais oui, il faudra que je me penche sur le sujet, beaucoup moins créatives que ces chaussures là, mais tellement plus confortables, quoique on en fait des belles maintenant ! Style anglais, rouge avec des broderies ou écussons. si si! L'histoire de la charentaise vaut bien un billet !
      Bisous à mes petits amours et bisous à Miss Tigri !

      Supprimer
  4. quel billet ! mais je ne mets pas de chaussures à hauts talons...
    c'est un plaisir cette leçon de cirage
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Josette,

      J'ai choisi des hauts talons pour l'esthétique, mais Louboutin crée aussi des ballerines.
      Oui, cette leçon donne pas mal de conseils, même si on ne les suit pas tous par manque de temps, on peut néanmoins mettre à profit les principaux conseils.
      Bisous et bel après-midi Josette !

      Supprimer
  5. Un billet somptueux qui me laisse presque sans voix mais avec le regret de mes premières chaussures italiennes et de leurs talons -aiguilles.les chaussures que tu nous montres sont véritablement des oeuvres d'art.Mais comment fait-on pour rester en équilibre???Belle semaine à toi.Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Danielle,

      C'est beau, une chaussure à talons aiguille, mais Louboutin en crée à plusieurs hauteurs de talons pour le même modèle, il n'y a plus qu'à choisir lol Par contre en PAP, je ne sais pas si les 3 ou 4 hauteurs existent, mais il y a toujours les ballerines !
      Bisous Danielle et bel après-midi !

      Supprimer
  6. Danielle l'a justement dit, 'est un billet somptueux. Bien sûr que les accessoires peuvent être des oeuvres d'art!! Tu en fais une superbe démonstration. Ces chaussures sont si belles que je trouve "criminel" de les porter. Si j'avais la possibilité d'en acheter d'aussi belles, je les mettrais dans une vitrine.
    Pour répondre à ta question, c'est pour les sacs que je pourrais moi aussi faire des folies.
    Bonne soirée.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marie-Paule,

      C'est vrai, on a peur de trop casser le cuir de ces chaussures, il faut suivre les conseils d'Olga Berluti. Je m'y efforce mais n'ai pas toujours le temps, donc je me limite aux 2 applications de cirage et deux ou 3 conseils, il m'est arrivé de changer la patine sous la lumière du clair de lune, cela y fait ! On obtient une jolie couleur.
      Ah les sacs, nous sommes 3 jusqu'à présent à craquer sur les sacs lol
      Bisous Marie-Paule et bel après-midi !

      Supprimer
  7. Liousha : Ah, quelle drôle d'idée de bipèdes que d'empaqueter leurs coussinets.
    Tiki : Et ils trouvent ça joli.
    Phil : je suis sûr que les Ex-Voto vous plairaient.
    Liousha et Tiki : vi, want !
    Graous graous, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou les petits Chats !

      Les bipèdes se sentent protégés si leurs coussinets sont enfermés, et puis ils sont coquets, vous savez !
      Hé hé ! lol J'imagine bien ce que vous feriez des ex-voto les petits choux ! lol
      Il y a des plumes et du tissu...
      Graou miaou les chats ! Bisous et bel après-midi !

      Supprimer
  8. Quel beau billet scintillant !
    Félicitations pour la présentation alternée entre Elle et Lui, c'est très réussi.
    Lui tout le monde le connait.
    Mais Elle, le l'ai découverte grâce à toi, Nathanaëlle.

    Ces créations artistiques ne manquent pas de charme, c'est beau mais je n'irais pas jusqu'à dire que c'est de l'Art avec un grand "A".
    Pour moi, Elle et Lui sont des artisans qui exercent leurs talents dans l'univers du Luxe (un monde qui m'est un peu étranger vu mon niveau de fortune très limité :))

    Par contre, les "ex-voto" qu'Elle crée, ça oui c'est de l'Art, parce que ce sont des pièces UNIQUES (pardon pour les majuscules, elles remplacent le trait de soulignement).
    Les chaussures masculines en couleurs ne courent pas les rues et c'est bien dommage !

    Comme toi, je ne ferais pas des folies pour des accessoires de Luxe, par contre un bijou elfique ça me tente bien ! Qu'en dis-tu ?
    Bisous et bonne fin de soirée, Nathanaëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Tilia,
      Elle et Lui, c'est venu tout naturellement car je voulais faire un billet sur la chaussure, masculine et féminine, mais pas deux, cela aurait fait beaucoup lol La meilleure façon était de mêler les 2 histoires.
      De l'Art dans le sens absolu du terme, non, mais la Haute-Couture peut être considérée comme une forme d'Art, car elle fait appel à un gout et un talent peu communs. Il en va de même pour ces créations là.
      Je n'ai pas de Louboutin non plus dans mon placard à chaussures lol, mais en réalité j'ai peu de chaussures, je préfère la qualité à la quantité, donc j'économise pour m'acheter quelque chose qui ne sera pas usé en 6 mois. Par contre, pour l'été, je vais à la Halle aux Chaussures.
      Magnifiques ces ex-voto, j'ai eu l'occasion d'en voir plusieurs, c'est superbe ! Elle utilise le velours, la soie, les plumes, les strass etc...

      Oh ouiiiii ! Superbes ces bijoux ! (Je connaissais ce site ! ) J'aime particulièrement les bagues avec le lierre.
      Je connais une artiste qui crée un peu dans le même genre, (on m'a offert un pendentif) c'est Kristin Dupré, tu peux aller sur son site, il est dans mes favoris sur la colonne de droite. La première fois que j'ai vu ce qu'elle créait c'était lors d'un festival de féerie. Ensuite elle est venue s'installer face à la librairie... :D
      Bisous et bel après-midi Tilia !

      Supprimer
  9. Magnifique billet ...tu nous fait découvrir tant de choses...:-)
    Moi qui suis une grande fille aux chevilles fragiles je serais plus à l' aise dans les chaussures de ces messieurs...!! :-))
    Vraiment très joli ton " Birkin rouge d' Hermès "...
    Belle soirée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mathilde !
      Comme toi, je suis fan des chaussures d'Olga Berluti, mais je ne déteste pas les Louboutin, le soir... (je n'en ai pas ! lol c'est trop haut ! lol je me contente d'un escarpin de 5 cm).
      Bisous Mathilde et beau week-end du coté de chez Swann ! (ah ta "Gilberte en fleurs" est trop belle ! )

      Supprimer
  10. Quelle charmante publication vous nous offrez! Merci, Nathanaëlle. J'aime particulièrement la leçon de cirage. Ecoutez-vous Chopin en cirant vos chaussures?
    Quant aux accessoires de mode, il est difficile de répondre. Je ne me passerais pas de boucles d'oreilles en verre soufflé vénitien et de bracelets variés, mais chacun de mes bijoux est un cadeau, il représente donc bien plus qu'un "accessoire de mode". Je rangerais donc plutôt les chaussures dans cette dernière catégorie. J'ajoute également que la mode me laisse assez froide, surtout quand elle s'inspire de la rue. Ce que j'aime, c'est le style, l'évocation, l'élégance intemporelle, sans oublier d'adapter la tenue aux circonstances tout en respectant les goûts, le caractère, la fluidité du mouvement, de la démarche, et en veillant toujours, dans le doute, à privilégier la discrétion joyeuse. Même sans trop de moyens, on peut toujours savoir ce qui convient et sortir des sentiers battus avec un peu d'imagination et une seule priorité en contraste avec un ensemble sobre pour éviter le kitsch. L'originalité tient au sens, à l'assurance et au mystère plus qu'à l'accumulation d'éléments excentriques. Mais une très jeune femme aura peut-être un avis différent... Bonne semaine, Nathanaëlle!
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Anne,

      Non, je n'écoute pas Chopin en cirant mes chaussures, il faut avoir le temps pour cela, bien que je m'efforce de suivre quelques conseils d'Olga Berluti. Mais je laisse sécher entre deux applications de cirages, donc pas le temps pour la musique. Ceci dit, ce doit être très agréable.

      Nous avons toutes et tous notre approche de la mode, personnellement, (si je puis me permettre de donner cet exemple) même si j'ai un coup de coeur pour un vêtement, je sais ce qui me va, cela me permet de ne pas me tromper. Je suis une adepte des tailleurs pantalons, j'aime les vestes bien coupées, même au quotidien sur un jean noir, cela rend plus sure de soi.

      Je ne sais pas si une toute jeune femme peut avoir un avis différent, une jeune fille peut-être, mais une femme, en principe comprend assez vite ce qu'il faut porter :-) lol Quoique parfois, ainsi que vous le faites remarquer, la mode de la rue n'est pas toujours de bon ton ! lol

      Excellent week-end Anne, merci pour votre commentaire agréablement développé.

      Supprimer
  11. Quel pied ce billet !
    Merci je connaissais Loboutin mais pas vraiment Olga Berluti ...
    J'aurais du mal à choisir dans les accessoires mais avoir de chaussures faites sur mesure ça doit être extra et c'est pour moi un luxe immense.
    Bisous Nath' bon mercredi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Didi !

      "C'est le pied" lol de contempler ces chaussures là et effectivement, ce doit être "le pied" lol de les porter ! :D
      Bisous Didi et bon week-end !

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Hello Bob !
      Do you like shoes ?
      Nice week-end !

      Supprimer
  13. Superbe billet aux illustrations à tomber par terre !;o)(A cause des talons)
    Pour moi j'opterais plutôt pour les ballerines ou mocassin pour femme de Lauboutin bien que je fus dans ma jeunesse perchée très haut.
    Si cela tente Danielle :
    En PAP il vient de sortir un modèle de derbies "Club flat" que j'ai vu en vitrine il y a peu.
    Il avait aussi un modèle de ballerine bien "pratique" à lacets (Mostola flat).
    Et toujours pour les adeptes du plats ses baskets!
    Quant au choix cornélien, j'aime les beaux sacs mais ça m'encombre.
    Je ne suis pas diamant non plus comme toi et, pas chaussures non plus.
    Mon pied (si j'ose dire) ce sont les couvres-chef, certes beaucoup plus accessibles.
    Vraiment bravo encore pour ton billet, il est magnifique.
    Belle soirée Naëlle.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mireille !

      Ah les chapeaux ! Un sujet à explorer...

      Je viens de demander à Mister Google de me montrer la Club Flat de Louboutin, elle fait un peu "maritime" avec sa semelle blanche.
      La Mostola flat est un peu trop découverte pour moi lol (ah pied bien à l'abri ! lol) j'aime la Geo Spiked Patent Flat, jolie et confortable.
      Ses baskets sont sympa, mais elles sont belles dans une couleur sobre ! lol
      Heureusement que la diversité existe en matière de mode car nous avons toutes nos choix et penchants lol

      Beau week-end Mireille ! Bisous

      Supprimer
  14. Such a different post, but I like it! I agree with you 'fashion' is art too!

    Madelief x

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Madelief !

      At this level, the fashion is a shape of Art, not in its absolute, but these creators are very talented. And so different one of other than it was interesting to show the both.

      Nice week-end Madelief !
      Nath xx

      Supprimer
  15. Ton article est un régal et j'ai beaucoup pensé à Norma qui aime tant les chaussures en le lisant. Comme j'aimerais savoir marcher avec de si jolies chaussures, mais mes pieds souffriraient bien trop sans aucun doute, habitués qu'ils sont aux ballerines et aux chaussures de tennis.... Je ne sais pas porter de belles chaussures et pourtant j'aimerais cette élégance, car une chaussure à talon donne une silhouette et une allure vraiment différente à celle que me donnent mes affreuses chaussures de tennis...
    Merci pour cette page qui m'a fait rêver un instant être Cendrillon...
    Bonne fin de semaine à toi Nathanaëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Oxygène !
      C'est vrai que ce ne sont pas des chaussures de marche, mais perchée à 10 cm, comme toi, je renonce et préfère la moitié, 5 cm, même pour une soirée ! lol
      Les tennis c'est pratique si l'on a à marcher, il ne faut pas se torturer et prendre la vie comme elle vient, alors Carpe Diem et continue de porter des chaussures confortables.
      Bon week-end Oxygène ! (ta petite grenouille est trop mignonne, je n'ai pas trouvé son nom sur le net, il faut peut-être chercher plus longtemps lol)
      Bisous !

      Supprimer
  16. Je t'avoue que les Louboutin me laissent de glace, car je n'ai jamais eu aucun intérêt pour les chaussures à talon et pour la transformation avouée qu'elles font subir au corps de la femme. La nord-américaine que je suis s'insurge contre ce genre de fantasme...

    Par contre, les Berluti m'iraient très bien, et j'apprécie énormément les beaux cuirs et le travail accompli pour les rendre encore plus séduisants. Dommage qu'elle ne donne pas dans la chaussure féminine... de toute manière, les chaussures présentées m'iraient aussi bien, car le style masculin me convient on ne peut mieux.

    Ce sont par contre les bijoux et plus particulièrement ceux en or qui m'interpellent lorsque je veux m'offrir un petit luxe.

    Bonne fin de semaine chez toi

    Par contre, comme j'éprouve énormément de difficulté à me chausser ayant le pied très étroit, lorsque je veu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Que s'est-il passé avec la fin de mon commentaire? J'ai pourtant l'habitude de me relire : mes excuses !

      Supprimer
    2. Coucou Marie-Josée !

      Ah des bijoux ! L'or jaune ou l'or gris ?
      (J'aime bien le gris lol plus précisément la couleur argent)
      Un bijou avec une petite fantaisie, style perle ou pendentif ? Un bracelet... une bague ? Ou plus contemporain, il y a des créations superbes !

      Géniales ces chaussures Berluti, comme toi, mon style est plutôt masculin, mais les chaussures restent à talons, et ces beautés-là sont tout simplement magnifiques. Tu peux décolorer tes chaussures, ainsi que je l'explique dans le billet, un petit coup de champagne (le mousseux fait l'affaire lol) sous la lune, tu les laisses jusqu'au matin dehors, tu vas voir les teintes sublimes que cela donne ! Il faut le faire plusieurs jours jusqu'à la teinte désirée.

      Tu peux porter des talons de 5 cm, cette hauteur n'est pas néfaste pour le corps humain, et même recommandée par le corps médical, car le "plat de chez plat" est tout aussi néfaste que ces hauteurs tout à fait inconfortables, mais que Louboutin propose en 3 hauteurs de talon, le 8 cm serait le maximum pour moi, même pour le soir.


      Tu es toute excusée Marie-Josée, cela arrive, même quand on se relit.

      Bisous et belle semaine !

      Supprimer
  17. De très belles chaussures pour les autres, les jeunes, celles qui veulent suivre la mode... Le talon aiguille revient en force, mais ce n'est plus pour moi !!!
    Travail d'orfèvres, vraiment !!!
    Comme dit Marie Paule, à mettre en vitrine !!!
    Belle fin de journée !
    Bises entre elle et lui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Martine !

      C'était pour le plaisir d'admirer de belles chaussures, et il faut avouer que Louboutin ne manque pas d'imagination et de talent.
      Belle semaine Martine, avec ou sans talons lol
      Bisous

      Supprimer
  18. Quel délicieux billet jubilatoire
    Les escarpins ne sont pas ma chaussure préférée je ne sais pas marcher avec
    Je suis chaussée à plat mais de qualité peu m'importe de porter des chaussures pendant cinq ou six ans par contre jamais deux jours de suite et toujours entretenues et sur des embauchoirs .
    Je possède un Kelly rouge en cuir grainé je ne m'en sers pas tous les jours je ne me vois pas aller au marché avec ce n'est pas mon genre je n'aime pas trop "étaler" mais chaque fois c'est un plaisir d'avoir du beau travail au bout de ses doigts
    Douce journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Françoise,

      Voilà, avec une certaine qualité, les chaussures durent plus longtemps, et avec l'entretien que tu décris, on les garde 5 ans, voire plus chez moi, (j'en ai qui ont 8 ans, -elles commencent à fatiguer c'est vrai lol- je les adore, elles ont des petits clous dessus ! lol) car j'use peu mes chaussures, (pourtant je marche ! lol) Cela vaut le coup d'économiser pour au final être bien chaussée et en profiter au maximum. Pourtant celles dont je te parle, ce sont des Pix ! Mais le soin apporté fait beaucoup.

      Il n'est pas mal non plus le Kelly ! Il ressemble un peu au Birkin mais les dimensions sont plus petites, je crois. J'ai commencé à m'interesser aux sacs Hermès lorsque la princesse Caroline se servait de celui de sa maman, dans les années qui ont suivi sa disparition. Et bien sur, elle avait le tout premier, l'original !

      Oui, pour faire le marché, c'est complètement décalé lol Il y a un endroit et un temps approprié pour chaque chose.

      Bisous et belle semaine Françoise !

      Supprimer
  19. Alors là, la leçon de cirage de chaussure me laisse pantoise... moi qui ne voit le cirage qu'une fois par an, et encore (je pense que je n'ai même plus de chaussures à cirer !).
    En revanche, j'utilise beaucoup plus l'huile de pied de boeuf et la graisse pour faire mes cuirs de sellerie et mes bottes de cheval !

    Bref, je suis comme Oxy, les talons hauts... pas pour moi : A chacune son truc !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Christine,
      Oui, cette leçon reflète bien le "sacerdoce" d'Olga Berluti pour les chaussures, pour la beauté du cuir.
      De l'huile de pied de boeuf, oui, pour qu'un cuir ne soit pas cassant, le secret, c'est de le nourrir. C'est joli la sellerie, et quelle élégance les bottes d'équitation ! j'adore !

      Décidément, les filles, vous êtes toutes "à plat" lol !
      Bisous et belle fin de semaine Christine !

      Supprimer
  20. These shoes actually remind me of some of the bizarre footware I had in my early 20's. No wonder I now have bad knees! But the men's shoes are wonderful!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes now, I carry only 5cm heels today ! :D
      I like this men shoes, colors of leathers are fantastic !

      Supprimer

Merci pour votre petite touche de couleur...