mercredi 17 avril 2019

NOTRE-DAME DE PARIS

Maximilien Luce
1904

Hommage à Notre-Dame de Paris


Frédéric Houbron
1902

Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles...

Victor Hugo - Notre Dame de Paris - 1831

Bernard Buffet
1988

Étoile de la mer, voici la lourde nef 
Où nous ramons tout nus sous vos commandements 
Voici notre détresse et nos désarmements  
Voici le quai du Louvre, et l’écluse, et le bief.

Charles Peguy

Jean Fouquet
Enluminure XVe Siècle
Notre Dame de Paris
La Main de Dieu Protégeant les Fidèles
Heures d'Etienne Chevalier

Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être 
Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître ;  
Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher 
Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,  
Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent sourde 
Rongera tristement ses vieux os de rocher

Gérard de Nerval


Frederik Childe Hassam
1888
Les Tours de Notre-Dame étaient l'H de son nom.
(H pour Hugo)
Auguste Vacquerie 1872

Maximilien Luce
1901
Pour la fraîcheur de Notre Dame 
Où vint prier François Villon 
Pour séduire une jolie dame 
Qui logeait près du Petit Pont.

Bernard Dimey - 1962

Paul Signac
1934
«...Il y avait Notre-Dame, tellement plus belle du côté de l’abside que du côté du parvis, et les ponts, jouant à une marelle curieuse, d’arche en arche entre les îles, et là, en face, de la Cité à la rive droite…»
Louis Aragon


Johan Barthold Jongkind
1864

Retrouvez-moi sur mon blog littéraire : Les Lectures d'Artlubie

8 commentaires:

  1. Belle recherche iconographique et littéraire.
    "H pour Hugo ": deux monuments en un .
    L'interprétation géométrique de Bernard Buffet lui va bien et change des effets de matière et de couleurs .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le symbole du H est très fort, c'est lui qui l'a sauvée une première fois du délabrement en 1831, grâce à la publication de Notre Dame de Paris, 20 ans plus tard, c'est Violet le Duc qui lui rendait sa beauté.
      Quant à Buffet, c'est très graphique, mais tellement bien vu !

      Supprimer
  2. Coucou Nath'
    merci merci de nous donner à voir à travers les yeux d'artistes Notre Dame de Paris !
    Quelle tristesse cet incendie ravageur ... C'était choquant. Espérons que sa reconstruction fédère les forces positives et l'esprit d'union.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi que la reconstruction fédère autant de bel esprit que le choc, la peine et l'union devant sa destruction, souhaitons aussi que les projets proposés restent dans la normalité, j'ai déjà vu des élucubrations d'architectes qui proposent des stupidités telles une galerie déambulatoire en guise de toit, une serre etc... Notre Dame est avant tout une cathédrale, un lieu de culte, pas une attraction pour touristes.
      Bisous Didi

      Supprimer
  3. Belle évocation en images et en mots. J'aime beaucoup l'enluminure et mes vers de Nerval.C'est bien triste d'avoir vu ce joyau être la proie des flammes. Bises Nathanaëlle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement triste et révoltant, je suis sidérée de constater que le chantier n'avait pas de vigile la nuit !
      Bisous Zoé

      Supprimer
  4. Un bel hommage avec ce choix éclectique de portraits de Notre-Dame.

    En pensant à ce qui est arrivé, toutes sortes d'idées tourbillonnent dans ma tête comme autant de choucas dans les tours.
    Rageuses, envers les responsables de ce chantier qui n'ont pas été capables d'anticiper ce sinistre en installant une surveillance efficace, avec un gardien à demeure dans la sacristie reliée par écran aux détecteur d'incendie, afin qu'il puisse se précipiter sur les lieux avec un extincteur à la moindre fumée.
    Reconnaissantes, en hommage au courage des hommes du feu, prêts à exposer leur vie pour sauver un symbole des arts et de la culture.
    Optimistes, en pensant que, tel le Phœnix, Notre-Dame renaîtra un jour de ses cendres.

    Bises empathiques et bonnes fêtes pascales, Nathanaëlle
    (dommage qu'il faille un tel drame pour réveiller ton blog ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je suis révoltée par le manque de vigile, honnêtement, je pensais que quelqu'un veillait sur le chantier la nuit, qu'on ne laissait pas Notre-Dame seule... Je pense aussi qu'elle sera un phénix, comme elle le fut par le passé grâce à Violet Le Duc.
      Pour répondre à ta remarque, je suis plus fidèle à mon blog littéraire (dont j'ai mis le lien en bas du billet), celui-ci est dédié à l'art pictural et pour l'instant, je n'ai pas trop de choses à partager... plus tard surement...
      Bisous Tilia !

      Supprimer

Merci pour votre petite touche de couleur...